D’après une étude récente, partir en vacances au camping produirait le même effet qu’un orgasme

Orgasmiques, les vacances au camping ?

Orgasmiques, les vacances au camping ? C’est en tout cas la conclusion d’une étude scientifique on ne peut plus sérieuse qui vient d’être publiée dans la revue internationale Science. Menée de concert par des neurologues et des sociologues, cette étude tend à démontrer qu’un séjour au camping engendrerait chez l’homme comme chez la femme des réactions physiologiques similaires à celle d’un orgasme. Explications.

Si le mot orgasme tel qu’on le connait aujourd’hui provient du grec « organ », qui signifie « être plein de sève, de suc », les chercheurs qui ont mené l’étude ayant abouti à la conclusion qu’un séjour au camping engendrerait chez l’être humain adulte une sensation similaire à l’orgasme n’ont bien entendu pas voulu dire qu’après avoir passé leurs vacances en plein air, ces derniers s’en repartaient la peau et les vêtements entièrement recouverts de ce liquide nutritif puisé par les racines dans le sol et répandu ensuite dans toutes les parties d’un végétal.  

Non, ces neurologues et sociologues, experts dans leur domaine, s’en sont bien tenus à la définition actuelle de l’orgasme, à savoir ce point culminant de plaisir qu’un homme et/ou une femme peuvent atteindre lors d’un acte sexuel. Dont acte.

En étudiant de près, au scanner, le cerveau d’une personne qui se trouve être en plein milieu de son séjour dans un camping, ces experts ont découvert des similitudes avec ce que l’on peut observer dans le cerveau d’une personne lorsque celle-ci atteint l’orgasme. De fait, le taux de dopamine et d’ocytocine observable dans le cerveau d’un campeur est semblable à celui d’un humain en pleine jouissance. 

A l’instar du ballet chimique perceptible au PET Scan (Tomographie par émission de positons) durant l’orgasme, le cortex orbitofrontal d’un campeur est en quelque sorte en standby, de sorte que l’angoisse, la peur ou le stress disparaissent. L’hippocampe, de même que l’amygdale, sont entièrement détendu, ce qui entraine une réduction de l’agressivité chez l’homme et un état de semi transe chez la femme.

Pour les neurologues et sociologues à l’origine de ces recherches, ces observations permettent de mieux comprendre pourquoi dans les campings, l’atmosphère est si paisible et si conviviale. D’après eux, seuls les campings sont capables d’engendrer de telles réactions chimiques chez l’humain. Les vacances au camping sont donc bel et bien orgasmiques.

On comprend dès lors mieux pourquoi l’hôtellerie de plein air est le premier mode d’hébergement touristique marchand de l’hexagone…

 

Vous venez de lire une histoire non confirmée de l'une de nos sources les moins fiables. Ne croyez pas tout ce que vous lisez...

Partagez sur